Réconcilier le sadomasochisme

Le livre « Cinquante Nuances De Grey » a rencontré un tel succès qu’il a remis sous les projecteurs une pratique qui se faisait discrète jusque-là : le sadomasochisme. Portée par le succès du best-seller d’E.L. James, cette pratique se fait connaître du grand public, majoritairement féminin. Cependant malgré l’attention particulière qu’on lui porte, ça reste un fantasme pas très commode, un fantasme que l’on pourrait qualifier de terrifiant. Un fantasme qui peut parfois cacher un évènement traumatisant ou bien quelque chose de banal, par exemple une fessée par son institutrice et en avoir éprouvé du plaisir. Ce qui laisser place à une grande possibilité de nouveaux jeux, mais cependant la plupart des gens ont peur de laisser s’exprimer leurs fantasmes par crainte de dépasser les bornes. Une peur qui peut devenir un frein pour la découverte de soi et du plaisir.

Le sadomasochisme dans la sexualité

Je ne vous apprends certainement pas que la sexualité est un excellent moyen permettant d’évacuer diverses choses. Néanmoins, derrière chacun d’entre nous se cache un nous sadique et masochiste. Ce qui fait d’ailleurs le fondement de toutes les religions du monde.

Ce qui fait que faire un petit jeu sadomasochiste offrirait la possibilité d’une punition sans pour autant nous faire mal dans la vie réelle. Ne préférez-vous pas ça à un accident provoqué ou bien une défaite planifiée, bien de manière inconsciente. C’est aussi une manière de briser les relations de pouvoir typique dans les histoires d’amour.

Prenez tout de même garde, le sadomasochisme ne peut se pratiquer par tout le monde et surtout pas avec n’importe qui. Il est nécessaire d’avoir une relation de confiance avec son ou sa partenaire, ainsi qu’un respect mutuel pour pouvoir se lancer dans cette pratique. Par exemple une jeune fille ne réagira peut-être pas de la même manière qu’une beurette cougar des certaines vidéos comme video porno beurette x à une offre de sexe SM.
Le plaisir dans le sadomasochisme repose avant tout sur les petites doses de douleurs que subis. Cela peut se faire par l’intermédiaire de 3 pratiques : morsure, fessées et pincements. La sensation de douleur augmente la jouissance.

A ne pas oublier l’utilisation des accessoires comme les bandeaux, les menottes et bien d’autres encore pour décupler le plaisir. Il faut toutefois consulter son/sa partenaire pour savoir si ça lui convient, car pour certains l’utilisation de ce type d’accessoire peut devenir angoissante